vignette
Musical furniture
vignette
Miroirs acoustiques
vignette
Souvenir des îles
vignette
Lift music
vignette
Few times, few places
vignette
Kunizakaï
vignette
Le Tunnel (Psychorelief III.2)
vignette
Trois hyperboloïdes de révolution (x2/a2 + y2/b2 - z2/c2 = 1)
vignette
Conversation with snare drum
vignette
Drum solo
vignette
Suite de 5 partitions
vignette
Fire & Forget

La collection d'Ana D.


La collection d'Ana D.

DIFFUSION DE VIDÉOS D'ARTISTE EN LIGNE :


Créée fin de l’année 2011, La collection d’Ana D. est un projet artistique conçu et activé par Corinne Domer, historienne de l’art, partagé avec trois artistes, Fabrice Cotinat, Alain Doret et Marie-Jeanne Hoffner.

L'intention est de constituer une collection spécifique : un rassemblement d’objets artistiques, ceux des artistes contemporains qui utilisent le film comme médium de création et invitent à questionner l’architecture. 

Notre approche veut permettre d’explorer et d’expérimenter les liens qu’entretiennent les œuvres filmiques avec la question de l’architecture. Elle ne se veut ni dogmatique, ni disciplinaire, mais bien au contraire ouverte à toutes les dimensions de ce que l’art découvre et/ou recouvre de l’architecture. Sujet ou moyen privilégiés, la dimension architecturale impacte la forme visuelle et/ou sonore, la possible narration, le regard et les émotions : dans sa relation au corps, à l’habitat, à la mémoire, à la géographie, à l’espace mental. 
Objet d’expérimentation et de poétique, l’œuvre permet d’envisager cette question de l’architecture sous des angles ouverts, inattendus, esthétiques, prospectifs, critiques.

Pour exister pleinement, cette collection souhaite intégrer dès son lancement une dimension prospective et être basée sur une entente réciproque. Elle repose sur l’envie momentanée ou non, qu’ont les artistes de donner à leur travail une dimension réflexive et sciemment exploratoire, le mettre en rapport avec d’autres propositions autour d’un même champ d’intérêt. L’équation est délicate car cette collection en même temps qu’elle souhaite au fil du temps dessiner un parti pris, ne veut pas le réaliser sans les artistes eux-mêmes, leur trajectoire et leurs décisions en constante redéfinition. Cela veut dire concrètement qu’un mouvement d’arrivée des œuvres est toujours possible mais leur retrait n’est pas à écarter lorsque l’artiste estime que le projet ne répond plus à ses attentes. Dans ce sens, La collection d’Ana D. intègre dans sa propre construction et de manière décisive le caractère vivant et éphémère de l’expérience. Tous les films sont et restent propriété de l’artiste qui met à disposition son travail pour un temps déterminé et renouvelable.

La visée de ce projet est de croiser des paroles multiples et singulières, celle de l’artiste en premier lieu mais aussi celle du critique, de l’enseignant, de l’architecte, du philosophe, de l’écrivain, de l’amateur d’art, du paysagiste.

Pour se réaliser, La collection d'Ana D. recherche des lieux intéressés pour la diffusion des films et les structures peuvent également nous solliciter pour des projections/rencontres. Régulièrement, des invitations pour l’écriture de textes sont lancées sous forme de carte blanche : des textes sur le lien entre architecture et images en mouvements, des textes sur les œuvres de la collection.